19 Jul 2011 45

Juste une mise au point…

Ce billet fait suite à celui de Parigote « Mais pourquoi est-ce que je photographie mes plats ? ». Si vous ne l’avez pas encore lu, foncez, je ne peux que «plussoyer» !

Alors en fait ce n’est pas une «mise au point», c’est juste que ça me plaisait de chantonner dans ma tête «Juste une mise au point sur les plus belles images de ma vie ...» et puis c’était un super jeu de mot puisque je vais vous parler de photographie (Ahahaha appelez-moi la reine de la blagounette)

Récemment, à la question « Quel est votre style ?» au sujet de nos photos, ni Parigote ni moi n’avons su vraiment répondre. Le long silence fut évocateur. Et pour cause. La semaine dernière ce fut un peu « la goutte qui fait déborder le vase ». Mais pas de façon négative, bien que cela entraîna une grosse remise en question et une terrible errance «ahahahaha mais que vais-je devenir ???” (non, non voyons, je n’exagère pas DU TOUT ^^)

“La goutte” pour moi, ce fût le concours de photographie culinaire d’Oloron (et ses résultats) et c’est un bon exemple pour illustrer mon état d’esprit.

Une semaine plus tôt, je ne trouvais pas d’inspiration, je luttais. Dans un ras le bol de faire toujours la même chose depuis quelques temps, je voulais profiter de ce concours pour tester quelque chose de nouveau, de différent. Mais à trop vouloir faire autrement -Aahhh pression !-, je ne trouvais aucune idée. Cette dernière a fini par germer la veille du rendu. J’étais contente. J’allais présenter une photographie qui me ressemble : graphique et avec une histoire (oué rien que ça !) Le lendemain je suis passée à sa réalisation, et là -Oh catastrophe- je n’y arrivais pas. Ce que j’avais imaginé, dessiné, ne rendait ABSOLUMENT rien. Un gros « pâté » immonde incompréhensible, voilà ce que c’était. J’étais partie dans un truc très métaphorique dont je vous épargnerai l’histoire (sinon vous allez me prendre pour une folle !). Je ne m’en sortais donc pas, et au fur et à mesure du shooting, arriva inévitablement le glissement de terrain vers ma zone de confort. Je refaisais des photos identiques à d’habitude, grrrr (celles de ce post). Peu (pas du tout) convaincue, et le dieu gmail étant avec moi (oui il décida de bloquer toutes communications avec le monde virtuel extérieur juste au moment de rendre la copie, « c’est un signe » répètais-je ) je n’envoyai donc pas de photo. Déception. J’étais si motivée à la conférence de presse, ce n’est pas tant les lots qui me faisaient envie, mais plutôt le road food movie, partir à la rencontre de producteurs locaux en compagnie d’un duo chef/photographe professionnel. Une aventure très certainement enrichissante.

Et puis après la déception, la raison a refait surface. J’avais bien fait de ne pas l’envoyer cette photo. Pourquoi ?

Premièrement cela ne me correspondait plus vraiment. Ce style je l’aime, mais je l’ai trop vu, trop fait, je veux autre chose, mais je ne sais pas quoi, je cherche. En voyant les résultats, cela n’a fait que confirmer mon envie de changer. C’est ce que j’ai appelé « La guerre des clones », et qui a été un des points à l’origine de notre interrogation sur notre style avec Parigote et Christelle. Attention, je ne critique aucunement la qualité des photos sélectionnées hein ! Je fais juste un constat de style et je m’inclus dedans. Je fus donc frappée par ce style : planche en bois peinte, couverts anciens, tissus… J’avoue que ça été un coup de fouet pour moi, nous étions tous devenus des clones (même si cela fait un moment que ça se voit). Ce qui me dérange, c’est que c’est l’inverse de la photographie. Un photographe doit amener un regard, sa vision, et l’on doit retrouver à mon sens son identité dans son travail. -Mais qui suis-je ? ^^-
Certes ce sont des tendances, mais les styles évoluent et la mode change. La prochaine étape pour moi ? J’ai quelques pistes, mais je ne sais pas vraiment. Le problème de la blogosphère, c’est qu’elle évolue en cercle fermé. On s’auto-alimente. Quelques vents de fraîcheur nous parviennent, mais ils sont vite aspirés par la vitesse et la force de propagation de la communication, bien trop vite digérés. Quand j’ai commencé ce blog, j’étais une inconditionnelle de Tartine Gourmande et Cannelle et Vanille et puis j’ai l’impression que nous sommes devenus des produits dérivés. Alors c’est bien, quand on commence, on essaie de faire pareil pour comprendre la technique, le mécanisme, mais il y a un moment où il faut lâcher prise. Et c’est dur, parce qu’au final lorsqu’on commence à maîtriser un peu cette technique, on n’a plus trop envie de « prendre le risque » d’aller chercher ailleurs (bien que je sois moi-même très loin de maîtriser) J’ai l’impression aussi que l’ambition de certains blogs à être populaires, que cette course à la page vue, gèle totalement la créativité et l’envie de progresser. Bien sûr que c’est tentant, mais à quoi bon si c’est pour se retrouver enfermée ? Je n’aime pas cette idée de blog/contrainte. Quand j’ai commencé le mien, je voulais juste présenter des illustrations, des petites recettes sympathiques, des doudous etc. Et puis on m’a dit « tu n’auras pas de trafic si tu ne postes pas tous les jours ! » Euh…Et d’ailleurs je note que ce sujet revient toujours dans une conversation de bloggeur :  « Tu postes tous les combien toi ? Roo moi tous les jours ou tous les deux jours ! » Et là tu te sens minable. C’est un peu comme les agences de communication où productivité intense ne peut pas rimer avec création et qualité.

Bref tout ça pour dire, que de mon côté il y avait un ras le bol de voir (et d’alimenter) ce côté « trop mimi-mignons » comme l’a si bien dit Parigote.

Revenons en à la photo du concours. La deuxième raison pour laquelle j’ai bien fait de ne pas l’envoyer est tout simplement la qualité de celle-ci. Il est évident que je me serais faite recalée.
Depuis peu il y a un « dérapage progressif » Tout à coup pour certains, on s’est mis un peu à oublier le vrai sujet de la photo : le plat. On l’a négligé. Et la vraie question est : « quel est le message d’une photographie culinaire ? » La réponse pour moi est simple : donner envie de goûter le plat, soit au restaurant, soit en reproduisant la recette comme pour un livre de cuisine. Le plat doit être appétissant, compréhensible (oui il faut comprendre ce que c’est au premier coup d’oeil et ne pas se dire « mais qu’est-ce que c’est que cette « crotte » peu ragoûtante » en passant 3h à essayer de l’identifier)

Je suis d’accord avec Parigote que l’ambiance est pour moi importante, saisir plutôt un instant de vie et non un plat figé. Mais voilà qu’est donc arrivé le dérapage. Le stylisme a commencé à prendre le pas sur la recette. Je me suis surprise pour la photo du concours à lorgner sur le jardin public en bas de chez moi, il y a de jolies fleurs des champs. Et je me disais que ça ferait « joli » sur la photo…Tête à claque ! C’était se mentir, et faire ce qu’on voit de plus en plus : de la poudre aux yeux pour combler une lacune évidente sur le plat. Après donc réflexion, je me suis dis que ce n’était pas le sujet de ce concours. Pourquoi rajouter des éléments non-comestibles qui n’ont rien à avoir avec ma recette ? Pour moi l’objet du concours était clair : un bon produit, un beau plat alléchant. Et moi j’étais hors-sujet, recette pas identifiable, composition du plat pas du tout maîtrisé sur ce cas (cela dit c’était des bons produits et c’était très bon !! bah oui heureusement je n’ai pas tout foiré, j’ai pu me consoler).

Mon blog n’est pas un blog de cuisine comme vous avez pu le constater. Mais j’adore cuisiner, et j’avais envie de transmettre des petites recettes. J’admire les bloggeurs comme Christelle qui pour moi font un vrai « travail » de transmission avec une histoire derrière chaque recette. (Hey mais peut-être que je devrais vous faire partager la recette de la tarte aux maroilles et la frites/fricadelle ). J’aime aussi ce qu’a fait Rachel Khoo pour son projet de la Petite Cuisine à Paris. Elle a pris à chaque repas ses plats en photo (avec son iphone il me semble). Le but étant d’avoir une image « témoin », illustrative de l’intitulé, mais j’aime l’esthétique finale qui s’en dégage. « L’image », de par mon métier de graphiste, est importante et occupe une grande partie de ma vie, la photographie culinaire était donc un moyen pour moi de faire la transition entre les deux. Mais voilà progressivement, j’ai divergé, privilégiant la photo et le stylisme à la cuisine. Je suis une fille plutôt «salée», et par fainéantise facilité et “photogénie” je me suis plus attardée sur des pâtisseries et des choses “mignonnes” (Bon j’aime quand même le sucré, mais je préfère le fromage mouahaha) Voilà, je suis frustrée, je voudrais vous présenter un bon plat de pâtes !!! (allez ça sera ma prochaine mission :) ) Typiquement pour le concours, le sucré je ne le sentais pas, mais ça me semblait plus évident.

Voilà encore un long pavé, mais j’avais aussi besoin de l’exprimer. J’ai envie de faire et de voir d’autres choses. Je tourne en rond. (peut-être aussi parce que physiquement je tourne vraiment en rond ahaha) J’ai besoin d’expos, de voyager, de rencontrer de nouvelles personnes.

Bon au final, c’était un peu une mise au point, lalala lalalalala, un constat sur l’uniformisation de la photographie culinaire qui me pousse à me poser des questions.

> J’ai pris le parti de vous montrer quand même des photos, bien que je n’en sois pas très satisfaite. Déjà pour vous montrer un peu ce que ça donnait et pourquoi ça clochait, et aussi parce que j’ai beaucoup de mal à faire un post sans images, c’est plus fort que moi. Je sais, je suis grave !!

Allez, je vous donne quand même la recette de cette Pavlova myrtilles/mûres et écume de vanille/verveine (ne cherchez pas l’écume sur ces photos, ça ne rendait vraiment, mais vraiment pas, donc je ne vous montrerai pas na ! ^^)

PAVLOVA MYRTILLES & MÛRES, ÉCUME DE VANILLE & DE VERVEINE
***
Ingrédients

3 blancs d’oeufs
100 g de sucre en poudre
50 g de sucre glace

50 g de mûres fraîches
100 g de myrtilles surgelées
4 càs de sucre en poudre
1 càs de sirop de mûre
1 càc de jus de citron
1/2 feuille de gélatine
100 g  de myrtilles fraîches
100 g de mûres fraîches

100 g d’eau
le jus d’un demi citron
15 g de miel de lavande
1/2 gousse de vanille
20 feuilles de verveine
1 feuille de gélatine

25 cl crème liquide
2 càs de sucre en poudre

Groseilles

***

Mettez quelques groseilles au congélateur.
Dans un bol, mettez les 50 g de mûres, les myrtilles surgelées (si les myrtilles sont fraîches, préparez la veille), les 4 càs de sucre et le sirop de mûre. Couvrez et laissez au frais.

Préchauffez votre four à 110°C. Préparez la meringue. Commencez à monter les blancs d’oeufs, puis ajoutez progressivement le sucre en poudre, puis le sucre glace. Stoppez une fois la meringue bien ferme.
Préparez de petits tas sur une plaque à pâtisserie recouverte de papier sulfurisé et enfournez pendant 30 min. Baisser ensuite la température à 70°C et continuez la cuisson pendant environ 45 min.
Sortez les meringues du four et laissez-les bien sécher avant de les soulever.

Préparez l’écume. Coupez la demie gousse de vanille en deux, retirez les graines.
Trempez la feuille de gélatine dans de l’eau froide.
Portez à ébullition l’eau avec le jus de citron, le miel, la gousse et les graines de vanille. Stoppez la cuisson et ajoutez les feuilles de verveine. Laissez infuser à couvert pendant 10 min.
Filtrez ensuite ce sirop. Ajoutez la feuille de gélatine, préalablement bien égouttée. Réservez au frais pendant 2h.

Préparez ensuite le jus de fruits mûres/myrtilles. Trempez la demie feuille gélatine dans de l’eau froide. Sortez les fruits marinés du réfrigérateur, mixez-les, puis filtrez le jus obtenu. Dans une casserole, portez à ébulition ce jus de fruits, et ajoutez le jus de citron. Retirez la casserole du feu et ajoutez la demie feuille de gélatine égouttée. Mélangez bien. Ajoutez les fruits frais et mélangez délicatement. Laissez reposer 1h au frais.

Creusez le fond des meringues, puis garnissez de fruits frais au jus de mûres/myrtilles.
Montez la crème liquide en chantilly et ajoutez le sucre.
Dressez l’assiette avec une meringue garnie, une quenelle de chantilly, et versez un peu de jus de fruits mûres/myrtilles.
À l’aide d’un mixeur plongeant, montez la gelée de vanille/verveine en “bulles”. Récupérez la partie “bullée” pour la déposer dans l’assiette.
Sortez vraiment au dernier moment les groseilles et placez-les délicatement sur votre quenelle de chantilly.

YOU MIGHT ALSO LIKE...

45 littles notes


LEAVE A LITTLE NOTE

G 19/07/2011, 16:07

je sais pas.. moi, je trouve que tes photos sont très belles, surtout la deuxième.

Argone 19/07/2011, 17:07

Faut que je jette mes planches alors ?

Victoria 19/07/2011, 17:07

Même sensation que toi (le talent en moins!). Ces photos sont vraiment belles mais effectivement elles sont peut-être trop impersonnelles, trop vues… Pourtant j’adore ce style de photos (parce que c’est ce qu’on s’est toutes mises à trouver beau) mais en y pensant, c’est vrai, ça ne va pas. On a perdu la gourmandise, l’instant. Tout est devenu lumière, petits détails mignons.
Mais j’ai confiance en tes capacités à retrouver quelque chose qui te ressemble davantage. Cette prise de conscience nous fera du bien à toutes, ça mûrit lentement dans nos têtes et il y aura certainement des résultats intéressants dans quelques temps!
(Et je suis OKAY pour un post fromager, miam! Plus ça pue, plus c’est coulant, mieux c’est ^^)

Enila 19/07/2011, 17:07

Argone :Non non ^^ Justement je voulais faire un tuto sur Culinographie, mais est-ce encore nécessaire ? Tout le monde s’y est mis, et moi je n’arrive plus à m’y retrouver. En soi le support est top, mais on l’utilise peut-être trop de la même façon.

Enila 19/07/2011, 17:07

Victoria : Oui tu as bien résumé. Moi aussi j’aime ce style, mais bizarrement alors que j’étais assidue avant à mes blogs préférés, j’y vais de moins en moins. Ce n’est pas que je n’aime plus les photos, mais l’émerveillement du début a disparu. Mai oui je pense que ce n’est qu’une phase qui fera, j’espère aussi, avancer ou fera immerger de nouvelles choses :) Et d’accord avec toi pour le fromage !! Miam

Oxana 19/07/2011, 19:07

Bonjour,
vous êtes un lecteur, mais je n’ai jamais commenté (Je suis désolé pour mon français est meilleur avec l’italien!). Je voulais vous dire quelque chose: j’aime beaucoup vos photos et votre blog et j’ai été étonné que vous n’êtes pas sélectionné. J’ai eu les mêmes idées que vous bloquez, mais la discussion de ce qui est normal que vous êtes maintenant un peu coincé et ne savez pas où aller. Succedde aussi. C’est un changement, croyez-moi.
Je voulais tellement vous rencontrer:))

Enila 19/07/2011, 19:07

Oxana : Merci, c’est très gentil. (merci d’avoir fait l’effort d’écrire en français) En fait je n’ai pas participé au concours, je n’étais pas contente de ma photo. Et oui dommage, j’aurais bien voulu aussi vous rencontrer (et parler un peu italien ^^)

Enila 19/07/2011, 19:07

Giulia : Merci ! Ce n’est peut-être qu’une phase ou une transition, mais pour moi mes photos n’étaient pas “digne” d’un concours de ce genre.

Oxana 19/07/2011, 19:07

Il est, j’ai réalisé que ne pas envoyer une photo, car vous n’étiez pas satisfait :-)

Anoushka 19/07/2011, 19:07

Hier j’ai lu le post de Parigote, aujourd’hui je lis le tien et ça me fait plaisir de voir que je ne suis pas la seule malade perturbée par ce genre de problèmes ;)
Je suis tout à fait d’accord avec vous. La blogosphère est pleine de magnifiques photos qui se ressemblent toutes. C’est normal, on s’en inspire tous sans essayer, probablement à cause de raisons que tu as évoquées (ou d’autres encore), de chercher notre propre voie…
PS. J’ai aussi préparé une pavlova pour le concours, mais j’ai changé d’avis au dernier moment, sans pour autant de convaincre le jury ;)

Myriam 19/07/2011, 20:07

Juste bravo à Parigote et à toi pour la prise de conscience et l’action qui s’en suivra !
Un vent de fraicheur avec vos talents donnera quelque chose de forcément INTÉRESSANT.

christelle is flabbergasting 20/07/2011, 02:07

(Préambule : je sens que ce commentaire va être un commentaire fleuve)

Déjà, le titre de ton billet, c’est juste pas possible. J’ai eu cette chanson dans la tête toute la journée !!! Mais il me semble que je t’avais aussi collé une chanson des années 80 dans la tête un jour, alors on est quitte. ;)

Deuzzzio, tes doutes, ton questionnement, le coup de la technique qu’on essaye de maîtriser, qu’on a peur d’essayer des trucs… je les comprend, je les partage, toi-même tu sais. Mais comme tu dis si bien à Argone (et je le dis aussi dans l’article que je prépare pour Culinographie ^^), c’est pas non plus la peine de jeter sa planche de bois… juste de voir comment on peut l’utiliser différemment… et plus généralement, comment faire évoluer son style sans tout bazarder. Sans se mettre de pression non plus par rapport au blog (autant tenir la cadence d’un blog, ça peut-être très demandant, autant elle peut être source de productivité et de pratique et qui dit pratique dit progrès, donc bon- double tranchant, le blog)

Après, j’aime beaucoup ton style de photo, tu le sais. ET oui, ça se voit que tu aimes le stylisme et même si ça se fait parfois au détriment du plat (ET encore que là, je trouve que tu as le mérite/don de ne jamais en mettre trop et du coup on ne s’éloigne pas trop du plat), eh bien, ce style, il reflète ce que tu aimes… Et bon, je parle pour moi-aussi, on apprend juste encore à maîtriser/ à doser tout ça… alors c’est normal que ce ne soit pas parfait.

Tercio ou quatro, je sais plus. Quand j’ai vu ces photos, je me suis dit “waouuhhh c’est beau” et pas tout de suite “waouuuh ça a l’air trop bon”… peut-être parce que c’était trop “propre”, trop beau pour être mangé (?) ou comme tu dis, pas assez “dans le vécu”, pas assez “salopé”… c’est sûrement ça qu’il faut ramener dans cette série photo (d’ailleurs, tu ne nous as pas dit ce que toi tu trouvais qui clochait dans ces photos ) Mais il en manque vraiment un tout petit peu, je trouve, pour que le tout soit “Waouuh c’est fouu !” (<— Tiens, je trouve ce conseil pas mal, je vais essayer de l'appliquer à mes photos. ^_^)

Enfin, 3 derniers trucs :

- Je ne suis pas sûre de mériter tant "d'admiration" pour mon blog… mais j'essaye (sans forcément y arriver) de chercher, de me renouveler de raconter une histoire visuellement et en mots- à chaque nouveau post… alors merci beaucoup de ce que tu as dit, ça me touche !

- Raboule la recette de tarte aux maroilles.

- Et voir autre chose, des nouveaux gens, voyager, c'est en effet la meilleure inspiration qui existe !!

Bravo pour ton billet ET tes photos.

Nini 20/07/2011, 04:07

J’ai arrêté la lecture de ton billet après la 2e phrase pour aller lire celui de Parigote. J’y ai laissé un long commentaire. Ensuite je suis revenu à ton billet. Je comprends le besoin de se renouveler, vouloir aller plus loin, mais ce que je comprends, c’est aussi un besoin de se démarquer (ce que je partage entièrement).

Vous êtes tellement devenues bonnes dans ce style, toutes celles qui bloguent joliment, et les styles voyagent vite sur le web. Forcement tout le monde s’inspire des blogues les plus populaires et le style populaire devient la norme. Lorsque j’ai commencé à faire du web, la photo un peu flou, un peu trash à la Raygun sur un site noir était très à la mode. Ça été suivi d’une période site blanc avec illustrations vectorielles. Le balancier est revenu vers les sites foncés, anthracite; avec photo. Maintenant les sites sont blancs avec des illustrations et icons mignonnes style «à la main». Tout ça pour dire que le style, les modes évoluent au rythme d’un balancier, mais à chacun des points de chutes, il y a une petite évolution. Enfin, c’est comme ça que je le comprends. Mesdames, c’est le temps de lancer un nouveau «trend» ?

p.s. Tes photos sont TRÈS belles. Une belle image reste une belle image qu’elle soit à la mode ou pas. Je crois que ce qui est dangereux, c’est de pouvoir dater une photo en la regardant. Cette photo fait tellement 2011! Ça on ne veut pas entendre ça de nos photos dans quelques années. Voilà pourquoi il faut trouver sa propre personnalité. Pas évident, je sais. C’est ce que je m’efforce de faire depuis 3 ans dans mon travail d’illustratrice.

Ustensiles Cuisine MaSpatule.com 20/07/2011, 10:07

C’est vrai que toutes les photos se ressemblent. Elles sont belles certes mais ce sont toutes les mêmes ^^
Courage !! Je suis sûr que tu finiras par trouver ton style =)

Cédric – http://www.maspatule.com

Enila 20/07/2011, 14:07

Christelle : Tout à fait, le but n’est pas de tout jeter et de repartir de zéro, mais de chercher à composer et à trouver son identité, son style, avec les progrès qu’on a déjà commencé un peu à faire. En fait il faut que j’arrive à être claire sur les messages que je veux passer. Et typiquement pour le concours, c’était le mauvais. L’esthétique a primé, hors ce n’était pas le sujet. Faire une jolie photo juste pour avoir une jolie photo pourquoi pas (cela n’est pas sale comme dirait l’autre). Mais j’ai un doute sur appeler cela de la photographie culinaire. C’est un parti pris que je pourrais défendre de privilégier le beau. Mais ici l’exercice était autour du plat, de la recette. Et justement ce que je reproche à cette photo, c’est que si je ne vous avais pas donné son intitulé, qui aurait pu deviner ce que c’était ? :) En fait j’aurais du faire ça ! “Qui devine ce que c’eeest ??” Alors oui c’est évident que je veux que ce soit beau et bon (comme tout le monde ! Bien qu’en ce moment, je te l’ai dit, j’ai envie de vintage/crade/dark hihi). Je pourrais m’arrêter ça, mais ce que j’aimerais surtout c’est que les gens se disent “c’est bon” rien qu’en regardant la photo ahaha. Pour moi, c’est ça la photo culinaire. Sinon c’est juste une belle photo.

Chocolat et Vieilles Dentelles 20/07/2011, 18:07

je suis d’accord avec les filles au dessus, tes photos sont sublimes et je les jalouse un peu beaucoup mais je ne vais pas sur ton blog pour chopper des recettes ni me mettre l’eau à la bouche mais plutôt pour l’esthétisme, la créativité et les visuels, pour faire rêver

Peut être faudrait-il plutôt se (re)concentrer sur le plat en lui même avec un joli dressage…et chercher l’inspiration ailleurs que sur les blogs culinaires et dans l’univers de la cuisine bien au contraire.
A bientôt pour tes nouveaux essais;-)

sara 20/07/2011, 20:07

En voilà une mise au point ^^ Je suis totalement d’accord avec toi et avec les commentaires qui ont suivi.
Une planche, un couvert, un bout de tissus et hop le tour est joué, une mise en scène efficace et quasi systématique. C’est la mode et on aime ça mais comme toutes les modes, ça va évoluer, changer et surprendre à nouveau. Je suis sûre que tu sauras trouver l’inspiration qui te sortira de cette spirale infernale de la planche! Alors, oui, il te faudrait peut être sortir de ta cuisine, voyager, revenir à l’essentiel et lâcher la pression ;)
Il y a quand même quelque chose qu’il ne faut pas perdre de vue Aline, c’est que tu es créative, tu es une graphiste et une illustratrice de talent ET tu as un style bien à toi ! Tu nous emmène dans des univers très poétiques, faits de gourmandises, de douceurs et de magie. Perso, je ne m’en lasse pas !

DomCurieuse 21/07/2011, 07:07

Bravo pour la sincérité de ce billet. Bravo aussi pour cette belle initiative qu’est Culinographie.
Rester soi-même … Il est surprenant d’avoir parfois à lutter pour ne pas se laisser emprisonner par la blogosphère. La période des vacances arrive à point nommé pour prendre du recul et se retrouver…
A bientôt.

Julien 21/07/2011, 15:07

Je n’ai pas lu les commentaires précédents, juste le billet, voilà mon ressenti (et je cross-post chez MylittleBliss pour la peine) :

Le problème des blogs culinaires, c’est que c’est la course à l’armement, on veut faire des photos sooooo cutyyyyy comme ses copines, encouragé dans cette entreprise par des commentaires carrément conciliants, voire mièvres, et sans un gramme d’objectivité en tout cas. Bien souvent parce que son lectorat est non connaisseur ou non professionnel, et donc qu’il est assez facile de l’épater. Quant aux commentateurs qui pourraient faire un commentaire objectif, souvent ils s’abstiennent car bien souvent ça ne mène à rien (le blogueur est suscepible ;) ).

C’est le système de blog qui veut ça, on ne peut pas critiquer sans se faire tomber dessus, et les auteurs deviennent accro aux commentaires positifs. Ça rassure, ça valide le contenu. L’envie de faire partie de la Grrrrrande blogosphère joue aussi, et on se force à être dans un style (ou alors on l’adopte inconsciemment), on essaye de faire plein de posts, on travaille pour ses lecteurs, pour les classements, pour les autres… et on oublie de faire les choses bien. On est enfermé dans un monde totalement consanguin ou on se congratule mutuellement sur toutes ces “trooooop-mimiiii-j’adore photos”. Prise de risque : 0. (mylittlebliss le résume bien dans son post)

Une des méthodes pour se sortir de là c’est de faire quelque chose pour soi au lieu de se demander ce que va dire de nous tel autre blog ou tel autre lecteur, et d’envoyer chier les stats. C’est toujours une stratégie gagnante au final.

pour les photos à proprement parler, c’est une prise de conscience difficile à faire, donc bravo, mais moi aussi je suis lassé des photos culinaires de blogs de filles :) Ok elles sont très “jolies”, mais souvent les ressorts utilisés sont très facile : bokeh de taré(hélas souvent aléatoire)avec un 5D tout frais (^^), mêmes matières, belles couleurs, et après ?

Souvent la technique photographique n’est pas maitrisée, et si ça jette de la poudre aux yeux d’un amateur, un pro ne d’y trompera pas. “Mettre du flou” ne constitue pas pour moi une réflexion photographique poussée ! :) (et je m’arrache les cheveux sur tous les commentaires du style “olalala ça donne envie de s’acheter un reflex” GNIIIIIIIII)

Donc bravo pour la remise en question et la prise de conscience, c’est rare, attention de ne pas tomber dans une autre mode, et surtout ne faites pas les choses en fonction des autres, variez vos inspirations, et vous trouverez votre style. Et aussi il faudrait rajouter un peu de burnes dans ces photos (au figuré bien sûr) car je crois qu’on a effectivement atteint la limite du “blog de photos de cuisine de fille avec une ambiance douce et légèrement rosée, du flou de pdc et une mise en scène “campagnarde chic” authentique et à la fois tellement mignonne et raffinée”.

My 2 cents ! (le but était de critiquer non ? ;) )

(PS : j’ai un blog, je ne poste quasiment jamais, je dis ce que je pense, fait ce que je veux, et les gens viennent quand même. il ne faut pas chercher à plaire, et on trouve un public authentique, et on fait ce que l’on aime, sans avoir peur de changer de style)

Enila 22/07/2011, 00:07

Totally agree!

christelle is flabbergasting 22/07/2011, 01:07

J’ai le droit de dire que je suis fan du commentaire de Julien ou il va me trouver trop cute ? :D
Le “remettre des burnes dans la photo culinaire”, j’ai un autre Julien qui me l’a sorti mots pour mots… c’en est troublant ! Ça et aussi -devant un blog de bouffe que je lui ai envoyé : “ouais bah elle, elle a fait un blog de bouffe parce que les blogs mode, c’était déjà pris !” L-O-L. Sûrement une des discussions les plus intéressantes que j’ai eu sur le sujet blogging/ photo culinaire… à ne pas confondre avec vraie vie-travail/ photo culinaire… auquel beaucoup de blogueurs n’aspirent pas !

Enila 22/07/2011, 07:07

Christelle : Oui tu as le droit !! Je suis tout à fait d’accord avec tout ce qu’il a dit.

Julien 22/07/2011, 08:07

D’un autre coté c’est normal parce que j’ai toujours raison.

Je ne connais pas l’autre julien, mais ça à l’air d’être un type bien. Et avec sa 2eme remarque sur les blogs de mode je me demande même si ça n’est pas moi du coup.

On en parlera de vive voix si l’occasion se présente.

J’essaie de me souvenir de quelque chose… | 24/07/2011, 14:07

[...] vous n’avez pas encore lu les derniers billets de My Little Fabric et de Carnets Parisiens, ce qui m’étonnerait quand même, je vous invite à prendre quelques [...]

Mulot 24/07/2011, 19:07

Je serais moins prolixe que les autres et beaucoup plus terre à terre… mon dieu que de gourmandise dans ta photo, un mot simplement miam !
ps: Et quel merveilleux blog, de fenêtres ouvertes sur un bien bel univers !

Chacun cherche son style - Culinographie 27/07/2011, 09:07

[...] suite à l’article très intéressant écrit par Parigote sur son blog, et l’article d’Aline qui l’a suivi, que les questions que nous nous posons, vous vous les posez aussi. Comment [...]

La perchée 27/07/2011, 14:07

J’aime beaucoup suivre ta reflexion ! Moi avant de trouver un style en photo, faudrait deja que je sache prendre des photos ! C’est pas gagné.

Mais j’ai eu a peu près le même questionnement en écriture, je crois que j’ai eu toute une phase ou je me suis trop laissée influencer par des blogs que j’aime beaucoup, et tout cela a fini en mimétisme. Peu à peu j’essaye de “me retrouver”, de garder mon style… bref pas toujours facile surtout quand on trouve que tout ce que font les autres est mieux que ce qu’on fait soi-même !

Débo 28/07/2011, 12:07

J’arrive un peu après la “bataille” et je ne peux que souscrire à double titre aux propos.

D’abord en tant que “vieille” blogueuse: j’ai démarré en 2005, à l’époque où le but du blog était de mettre en ligne ses recettes pour ses potes plutôt que de leurs noter sur un coin de feuille après le diner. Les photos étaient moches, on publiait quand on le voulait et on se marrait bien entre copines.
Puis sont arrivés les premiers partenariats, les premiers classements, et les premières conneries. Notamment des blogs faciles, ne se consacrant qu’au sucré (je dis pas ça pour toi Parigote!!!!) car un énième cupcake, ça apporte des dizaines de commentaires (miam, trop bon, j’adoooooooooooooore!!!). Alors qu’une vraie recette, qu’on aura plaisir à resservir à des amis, si elle ne passe pas bien à l’écran… eh bien elle ne mérite pas d’être sur un blog.
Mettre un peu d’esthétique, pourquoi pas. J’ai eu ma période photos un peu plus chiadées (en utilisant les techniques “grossières” si bien décrites par Julien; bon appareil -pour l’époque-, un peu de jeu de matières et une lumière pas trop moche). Et puis j’ai arrêté. Marre de ne pas pouvoir manger chaud, marre d’avoir l’impression (la pression ???) de faire un vrai shooting photo juste pour mettre une recette en ligne.
Perdre son identité pour faire du photographiquement correct, surement pas. Depuis, je blogue quand j’ai le temps avec des photos moches mais réalistes. Et de la cuisine, pas que des gâteaux !! Et mes lecteurs ne s’en portent pas plus mal !

Ensuite parce que j’étais membre du jury du concours amateur d’Oloron et effectivement, j’ai été comme toi “frappée par ce style : planche en bois peinte, couverts anciens, tissus… J’avoue que ça été un coup de fouet pour moi, nous étions tous devenus des clones”.
Dans le jury, nous avions plus l’impression de voir des photos tirées d’un magazine de déco type Côté Sud ou Marie Claire Idée que de voir des photos de cuisine. Le stylisme prenait le pas sur la recette. Souvent le produit est excentré, la part belle étant faite aux tissus, couverts… Et je ne parle pas des photos qui ne tenaient pas la route culinairement parlant (ajout de colorant, produit pas cuit…).

Sans rien retirer aux qualités artistiques de ces photos, on attendait moins de conformisme et on espère que l’année prochaine, vous vous lâcherez enfin !! que ce seront des photos de cuisinier qui aime la photo et pas de styliste culinaire qui créé une ambiance artificielle.

Dans tous les cas, bonne continuation !!

la pintade aixoise 28/07/2011, 16:07

J’arrive chez toi en sautant de blog en blog comme sur des galets… Le blog de Christelle m’a complètement fasciné… Une telle double compétence culinaire et photographique, ça c’est génial… Je découvre culinographie et je m’aperçois que Christelle a pleins de copines qui se posent pleins de questions… Et c’est passionnant !

D’abord cette série de photo est belle… Une pavlova, c’est gourmand mais ce n’est pas vraiment graphique donc gros challenge. Ensuite, la présence de la gaze m’a laissé pensé que tu avais utilisé du Fontainebleau pour la recette (tu sais ce fromage blanc qui est si nuageux que le fromager te le vend avec ladite gaze dessus).

Mon avis est celui d’une cuisinière passionnée de photo mais sans pratique (avant l’ère du numérique j’étais un bb photographe et puis j’ai tout arrêté lorsque mon minolta s’est cassé)… Donc si tu vas faire un tour chez moi tu seras affligée.

Le positionnement très intellectuel que vous adoptez toutes est vraiment passionnant et il est vrai que la critique est nécéssaire… Je suis un peu lasse des photos qui ressemblent toutes à celles du site de Martha Stewart ou du dernier numéro de Marie Claire idée… J’aimerais voir des pièces de viandes brutes qui seraient un écho au côté baroques des natures mortes de la période classique…
Ces questions là j’ai commencé à me les poser lorsque j’ai franchi le pas et que j’ai commencé à travailler en cuisine car les questions que vous vous posez pour la photo, les cuisiniers se la posent pour le dressage de l’assiette… Est-ce que telle fleur fait du sens si on l’utilise sur ce plat ou est-ce qu’on est juste en train de dire au client “wahou t’as vu c’est ouf tu manges des fleurs avec de la truffe”. Ex. une fleur de bourrache, très iodée est formidable sur un plat de poisson ou une rose au goût puissant sur un parfait cacao mais les pensées n’ont aucun goût le plus souvent elles sont là pour la déco et ça c’est un problème. Violette et capucines dans une salade ? Oui bien-sûr car elles sont poivrées et si c’est joli tant mieux… Mais on perd de vue le but du jeu… Le goût et je crois qu’en photo culinaire les pro et les amateurs en sont un peu là !

En tout cas, ton blog est passionnant et me donne envie de faire un effort pour illustrer mes recettes ! à très bientôt et sorry pour ce commentaire fleuve !

la pintade aixoise 28/07/2011, 16:07

et oops j’ai mis les fautes d’orthographe avec !

Laetitia - CduBeau ! 29/07/2011, 21:07

Il y a une semaine, j’ai lu vos articles, à toi et à Parigote (d’ailleurs, je vais cross machin truc chez Parigote aussi) et ils m’ont inspirés beaucoup de réflexions, à chaud, à tiède et maintenant à froid… ben je sais plus quoi dire !
Ah si ça revient ! D’abord, il y a un an à peu près, Isabelle Rozembaum postait un article sur son blog dans lequel elle évoquait son manque de désir pour la photo culinaire de studio (http://www.oreille-culinaire.fr/2010/06/28/les-natures-mortes-sont-mortes-photographies/). Et à cette époque, son article a résonné en moi. Je me suis aperçue que j’étais moi aussi de moins en moins attirée par les photos des magazines, des blogs tendances, etc. Avant je ne loupais pas un numéro du magazine Saveurs, cette année j’ai dû en louper trois de suite sans m’en rendre compte !
N’empêche que moi aussi, même si je n’use pas des artifices et des éclairages des studios, je suis quand même dans la mise en scène des recettes et que je fais des photos qui ressemblent à toutes les autres.
J’ai encore du mal à définir ce qui fait qu’une photo culinaire va vraiment me plaire mais ce qui est sûr c’est que pour moi ça va au-delà du plat qui donne envie. Il y a le côté graphique, l’atmosphère, l’idée scénique, la lumière, … pas tout en même temps ! Par exemple, je suis transportée par les photos de Mathilde de l’Ecotais qui va au coeur de la matière pour en faire ressortir le graphisme. Dans un autre style, je suis scotchée par les idées des Minimiams qui mettent scène des ingrédients et des personnages miniatures. Mais c’est là qu’on en arrive à la distinction entre la photo culinaire d’illustration de recettes et la photo culinaire d’art.
Pour en revenir à ton blog, je suis d’accord avec toi, ce n’est pas un blog de cuisine, c’est pas non plus un photoblog, pas non plus un blog à stats avec des pubs dans tous les coins !
C’est ton blog et tu y publies ce que tu veux. Il reflète bien ta personnalité, tes états d’âme et c’est pour ça qu’on l’aime !
Pour moi les choses ne sont pas plus claires, d’autant que j’ai une variable supplémentaire : je fais des photos pour des producteurs, des fabricants, des restaurateurs, des clients quoi, et que là, ton style ils en ont rien à battre. Ils veulent une photo à la mode qui mette bien en valeur leur produit point barre.
En fait, je me retrouve avec la même problématique qu’en graphisme : quand tu as envie d’expérimenter d’autres pistes, les clients veulent le trucs à la mode du moment (voire de l’année dernière, ben ouais je suis en province). Alors quid du style à moins d’être vraiment reconnue et recherchée pour ton style.
Alors, comment faire pour trouver son équilibre ?
Je cherche encore mais voilà mes pistes et réflexions en vrac.
Le boulot : je m’adapte aux goûts du client et si ça colle avec ce que j’ai envie de faire (sans parler de style parce que je ne pense pas en avoir) c’est la cerise sur le gâteau !
Le blog : c’est un peu une vitrine, un lieu de rencontre, une zone de test. Une zone de frustration aussi pour tout ce que je voudrais faire sans y arriver.
La photographie culinaire : je cherche mon style aussi. Je n’ai jamais été une grande fan de tout ce qui est girly, je suis plutôt du côté obscur. Le problème c’est qu’à force de regarder des photos culinaires qui sont des oeuvres d’art, la photo d’illustration me semble bien consensuelle !
J’ai expérimenté le mouvement pour donner un peu de vie à la photographie culinaire et c’est une voie que j’ai envie de creuser… enfin y a plein de trucs que j’ai envie de creuser et c’est peut-être ça le problème.
La planche en bois : je viens de finir un boulot d’édition pour lequel j’ai photographié une quarantaine de recettes sur fond bois. Je l’ai choisi parce que je trouvais que ça allait avec tout et que du coup ça me simplifiait la vie, en plus ça changeait de mon tableau noir mais maintenant, inutile de te dire qu’elle me sort par les trous de nez cette planche de bois !
Pour conclure, je pense que les vacances sont propices aux remises en question et que ça fait du bien. Je suis actuellement en vacances et je m’éclate à tout prendre en photo avec mon Iphone, je me demande pourquoi j’ai emmené mon reflex !
Profite bien de tes vacances, tu reviendras avec sinon un style, de nouvelles envies !

Rosa 30/07/2011, 20:07

Avec ton blog je ai decouverte le paradis! J’adore les photos et les handmade projects! Merci pour nous reserver ispiration et beaute!

Camille 01/08/2011, 15:08

MMmmMMMMm ça a l’air trop bon !

http://camilleillustration.blogspot.com/

Marigil 06/08/2011, 02:08

Pertinent et très vrai.

Je ne commente que très rarement les blog, mais ton billet me fait réfléchir beaucoup sur l’orientation que je souhaite donner au blog qui germe doucement dans mon esprit. Une toute nouvelle porte vient de s’ouvrir il me semble ! Et derrière, le tout m’apparaît plus libre, plus authentique.

Merci pour ce vent d’air frais et bonne chance dans tes explorations !

roxou 09/08/2011, 05:08

C’est de l’art…

Lulu, Voyage Gourmand 17/08/2011, 10:08

Je n’ai pas lu tous les autres commentaires, mais en tous cas je trouve tes photos très belles.
Il y une véritable recherche, c’est certain, un vrai stylisme dans l’assiette. Tes photos du pavlova ont vraiment une âme – quelque chose s’en dégage, quand je les regarde, ça me donne vraiment envie de faire ce pavlova, envie de ce que tu as photographié. Et ça je ne le retrouve pas dans toutes les photos que vois en parcourant les blogs culinaires.
Malheureusement, concernant le concours de photos d’Oloron, en voyant les résultats, certaines photos ne m’ont pas transporté (certaines oui tout de même). Je suis déçue de voir qu’il n’y a qu’un style qui règne également, mais il faut savoir que même si beaucoup de personnes adoptent ce style de photographies, il y en a certaines qui le maîtrisent très bien car elles sont un peu les “vecteurs” de ce style à la base, puis d’autres moins bien…
Moi j’aime tes photos, j’aime ton style car justement il y a quelque chose de profond qui s’en dégage, c’est beau, c’est simple. Voilà :-)

Inspiration de Wiliam Ledeuil: Merlu au jus de coco-citronnelle et légumes verts - Carnets Parisiens 05/09/2011, 18:09

[...] avais laissé avec un gros doute sur mes photos qui avait permis une réflexion très intéressante par-ci par-là. Je vous remercie d’ailleurs d’avoir joué le jeu et partagés vos avis par ici [...]

jennifer @poirier 19/09/2011, 17:09

tres jolie! i was in paris as a stage in may and i love the “l’art francaise et parisienne”.
greetings from germany!

Lizon 28/09/2011, 12:09

Très chouette blog, superbes photos… Bientôt sur CuisiCook.com?

NowMadNow 07/10/2011, 10:10

Ta réflexion sur l’uniformisation des pratiques de prise de vue m’interpelle et me fait réfléchir à la bulle blogosphère. Je vois toutes ces techniques belles et inspirantes, j’ai envie de me les approprier, mais ça m’hérisse de voir qu’au final tout est lavé et uniforme. Dilemme botte-moi les fesses.

J’ai cérébralement très faim en voyant ce délice aux fruits.

NowMadNow

Meg 15/11/2011, 12:11

Ces photos me donnent trop envie…!!!

Laurent 15/11/2011, 20:11

La recette ? J’avoue qu’on se régale déjà de tes photos…

Nina 08/01/2012, 11:01

Moi j’ai une petite question ^^ (au risque surement de passer pour une idiote…) c’est quoi 1 “càs” de sucre en poudre ? Et 1 “càc” de jus de citron ?
PS : J’adore le site <3

Enila 11/01/2012, 22:01

Merci Nina ! càs > cuillère à soupe, et càc > cuillère à café :)

gloria 24/02/2014, 01:02

beautiful shots!!

LEAVE A LITTLE NOTE

SUBMIT

About / Blogs ♥ / Archives SWEET FOOD / DISCOVERIES / CREATION & DIY